Le club de race NORVEGIEN.COM reconnu par le LOOF a été créé pour mettre en valeur le chat norvegien et l'elevage du chat norvegien

L'hygiène en élevage félin

"Prévenir vaut toujours mieux que guérir"

L’hygiène est un facteur essentiel en élevage. Il s’agit de la première mesure à prendre afin de s’assurer d’avoir un élevage en bonne santé. Vous trouverez sur cette page quelques astuces et conseils afin de la mettre le mieux possible en place.

A lire les documents suivants:

Les principes de l'hygiène

L'hygiène: définition
L'hygiène correspond à l’ensemble des mesures ayant pour but de prévenir les maladies.
L'hygiène définit l'ensemble des mesures mises en oeuvre pour assurer aux supports une propreté physique (nettoyage) et bactériologique (désinfection). L'hygiène de vie (alimentation, stress…), les vaccinations, les vermifugations, la conception globale du chenil (sectorisation, principe de la marche en avant) contribuent à limiter les contaminations.
En matière d'hygiène deux choses sont importantes : le nettoyage et la désinfection.

A ce titre un grand principe à retenir : pas de désinfection efficace sans un bon nettoyage préalable.
  • Le nettoyage permet d’éliminer la matière organique d’un support et de passer d’une surface « sale » à une surface visuellement propre. Pour qu’il soit efficace, il faut éliminer physiquement frotter, aspirer) les souillures et choisir un détergent adapté au milieu de l’élevage (Ph alcalin).
    L’idéal est de posséder une surface et régulière.
    Ne pas oublier de rincer abondamment afin d’éviter toute réaction chimique entre détergent et désinfectant et toute inactivation du désinfectant.

  • La désinfection est l’étape qui consiste à détruire les micro-organismes résiduels qui restent sur une surface rendue physiquement propre (effet bactéricide, virucide, sporicide) ou à empêcher leur multiplication ultérieure (effet bactériostatique ou virustatique).
    Elle se réalise via des procédés physiques (chaleur) ou chimiques.
    Le produit efficace sur tous les micro-organismes n’existe pas. La première étape du choix du désinfectant doit être l’identification de la cible. L’idéal est d’alterner les désinfectant afin d’éviter les phénomènes de résistance. Attention aux dilutions recommandées, au temps de contact, à la température d’utilisation et aux précautions d’emploi.
    Le rinçage est impératif avec certains produits.
Source : Intervet/Merck

La prophylaxie sanitaire en élevage

Nettoyage et désinfection
Les notions de nettoyage et désinfection ne doivent pas être confondues : le nettoyage est un préalable indispensable avant la désinfection. On ne peut pas désinfecter correctement sans nettoyer auparavant, le nettoyage seul n’est pas suffisant.

Le nettoyage consiste à éliminer les souillures, abritant virus, bactéries et parasites, de l’environnement des chiens. Il y a dans l’environnement des souillures de nature organiques : ce sont toutes les souillures produites par les chiens (matières fécales, urines, poils, salive, excrétions...), elles sont plutôt acides ; il existe également des souillures minérales (dépôts calcaires...) de pH alcalin (basique). Le principe de base est d’utiliser un détergent alcalin pour éliminer les souillures acides et un détergent acide contre les souillures alcalines.

Le nettoyage doit inclure :
  • Le ramassage quotidien, plusieurs fois par jour, des déjections et des souillures grossières (restes d’aliments...).
  • une action mécanique : brossage ou nettoyage à l’eau chaude à haute pression (Karcher®) de toutes les surfaces pour disperser les matières et les exposer en profondeur aux détergents.
  • une action chimique par l’utilisation d’un nettoyant adapté. Les détergents à utiliser pour l’élimination des matières organiques seront plutôt de pH alcalin ; l’utilisation d’un détergent à pH acide au moins une fois par semaine est utile pour l’élimination des souillures présentes dans les dépôts calcaires. Le temps de contact du détergent avec les souillures à éliminer devra être de 20 minutes environ pour permettre une imbibition suffisante des matières à éliminer. Un rinçage important doit être réalisé afin d’éliminer correctement les matières organiques.
L’ensemble des surfaces exposées devra être nettoyé tous les jours : sols, murs, aires de couchage, gamelles d’eau et d’alimentation, boîtes de transports.

La désinfection n’a d’intérêt qu’après un nettoyage et un rinçage complets, car la plupart des désinfectants sont inefficaces en présence de matières organiques, les germes restant protégés par une épaisse « croûte » de matière.

Le choix du désinfectant se fera selon le risque infectieux existant mais aussi selon le coût et la facilité d’utilisation. Le traitement des locaux à la vapeur haute pression très chaude (140°C) peut également avoir un usage désinfectant. Comme pour le nettoyage, le temps de contact du désinfectant avec les surfaces devra être de 20 minutes au minimum pour assurer une efficacité optimale. Les produits nettoyant et désinfectant « tout-en-un » sont à éviter.

La sectorisation et le principe de la « marche en avant »
La sectorisation consiste à séparer les individus en fonction de leur âge et de leur sensibilité à l’infection, mais également à éloigner les animaux les plus contagieux.

Les différents secteurs à mettre en place en élevage seront :
  • Une maternité : où seront placées les femelles en fin de gestation, et les femelles venant de mettre bas avec leurs chiots.
  • Une nurserie: pour les méres et leurs chiots plus âgés avant le sevrage. La maternité et la nurserie abriteront donc les animaux les plus sensible ; ces deux secteurs pouvant être regroupés en un seul.
  • Un local pour les adultes : reproducteurs et femelles non gestantes ou non suitées. Le secteur des adultes devra être considéré comme un local à risque car les adultes sont très souvent des sources importantes de virus et bactéries, alors qu’ils n’expriment aucun signe de maladie (porteurs sains). Le secteur des adultes doit donc étre parfaitement séparé et éloigné des secteurs contenant les chiots.
  • Une infirmerie : où seront placés les individus malades ou convalescents. Ce local est obligatoire en élevage canin.
  • Une zone de quarantaine : si possible distincte de l’infirmerie, cette zone permettra d’isoler pendant une période de quarantaine d’au moins 10 jours, les animaux nouveaux arrivants, ou les chiens de retour d’exposition.
La marche en avant consiste à adopter un circuit à sens unique dans l’élevage, en se déplaçant des secteurs les plus sensibles (maternité, nurserie) vers les secteurs les plus à risques (infirmerie, locaux des adultes). En effet, l’éleveur et les visiteurs de l’élevage, par leurs habits, leurs chaussures ou même leurs cheveux sont les principaux vecteurs de germes au sein de l’élevage.

Ce sens de circulation devra notamment être respecté lors du nettoyage quotidien des salles (commencer par le nettoyage des zones les moins « contaminées » et finir par les zones à risques), mais également lors d’une visite d’élevage.

Chaque secteur devra disposer au minimum d’un lavabo et d’une arrivée d’eau afin de pouvoir réaliser le nettoyage de la salle et du matériel sans avoir à faire des allers-retours vers un autre local entre chaque secteur. La disposition de pédiluves à l’entrée de chaque secteur n’est pas nécessaire, les pédiluves n’étant en général pas efficaces du fait du temps important d’immersion nécessaire pour une désinfection correcte (20 minutes) et de la nécessité d’avoir des bottes déjà propres avant immersion. Il faut préférer l’utilisation de surbottes et de blouses distinctes pour chacun des secteurs.
Le port de gants à usage unique pour chaque salle ou le lavage des mains systématique avant de sortir du secteur est également conseillé.

Hygiène des animaux
Une bonne gestion des animaux est également nécessaire pour limiter le risque infectieux en élevage :
  • Les animaux malades sont isolés en infirmerie.
  • Les animaux entrant, ou revenant d’exposition, doivent être isolés en quarantaine pendant une dizaine de jours avant d’être introduits dans l’élevage
  • Le toilettage des animaux permet d’éviter le transport sur leurs poils de virus, bactéries et parasites : on toilettera les chiennes adultes avant leur passage en maternité tous les animaux seront toilettés à leur arrivée ou retour dans l’élevage on toilettera les chiots avant leur départ pour la vente. Un rincage du pelage à l’eau de javel diluée (0,5%), appliquée avec un gant de toilette propre par exemple, permet d’éliminer certains agents pathogénes présents sur le pelage (parvovirus notamment).

Autres moyens de sécurité sanitaire

Le vide sanitaire
Le vide sanitaire consiste à laisser vide un local préalablement nettoyé et désinfecté et à prendre toutes mesures nécessaires pour limiter l’introduction de germes ou d’êtres vivants pendant un temps donné.
Très efficace pour lutter contre une maladie contagieuse, il doit être limité à certains secteurs (maternité, local de quarantaine) et ce pendant un temps donné (8 jours minimum), à une fréquence de minimum 2 à 3 fois par an.

Sectorisation
Il s’agit de séparer le secteur propre du secteur souillé et au sein de chaque secteur d’établir des séparations selon les facteurs de risques individuels.
Le Secteur Souillé regroupe les locaux susceptibles d’être contaminés par des personnes ou des animaux venant de l’extérieur (ex : quarantaine)
Le Secteur propre regroupe les locaux réservés à l’élevage. La sectorisation interne de ce secteur est fondamentale, basée sur la vulnérabilité variable des différents animaux ( ex : maternité, femelles gestantes, femelles en repos sexuel, mâles, infirmerie, aire de détente).

Le principe de la « Marche en avant »
En hygiène, ce principe consiste à toujours circuler du secteur le plus à risque vers un secteur à risque moindre. La maternité, secteur à risque (individus les plus sensibles aux maladies), sera visitée en premier puis la nurserie, les adultes et enfin l’infirmerie.
Le même ordre doit être respecté lors des soins ou du nettoyage.
Un matériel de nettoyage spécifique à chaque secteur doit être idéalement mis en place, de même que des surchaussures à usage unique.

Le pédiluve
Le pédiluve est un moyen de protection sanitaire dont l’efficacité est très discutée. En effet, le désinfectant contenu dans le pédiluve est inactivé en présence de matière organique. Son efficacité est quasi nulle sur des bottes souillées.


Lutte contre les nuisibles
Indispensable !
Les parasites externes transportent des germes, dérangent les animaux (piqûres,..) et inoculent des maladies (piroplasmose, leishmaniose…).
Les rongeurs (morsures, déjections ou urines, puces) peuvent transmettre des maladies. Les dégradations matérielles et les pertes de nourriture (un rat mange son poids en nourriture chaque jour) occasionnées représentent aussi des désagréments majeurs. De nombreux moyens de lutte et de prévention existent.

Hygiène des aliments
Conserver les aliments dans leur emballage d’origine. Le sac une fois entamé, sera placé dans un conteneur en plastique que l’on fermera soigneusement. Cela protégera l’aliment de l’oxydation, de l’humidité, des nuisibles et des souillures.
La conservation du sac permettra aussi de conserver la traçabilité de l’aliment. Le respect des dates de péremption est indispensable.
Veiller à séparer la zone de stockage de la nourriture de la zone de préparation des repas.
Enfin, retirer quotidiennement les restes de repas, et veiller au bon entretien des gamelles.

En élevage, la clef de la réussite implique le respect et la conjonction de nombreux facteurs. En toute bonne logique, c’est d’abord par l’hygiène que l’éleveur pourra maintenir ses animaux en bonne santé et assurer leur bien-être. Surtout n’hésitez pas à demander conseil auprès de votre vétérinaire, il reste, avec vous, le meilleur allié santé de votre élevage !

Newsletter Royal Canin Professional Dog N°10 L’hygiène en élevage par le Dr Michiels Laurence (Communication Scientifique Royal Canin Belux)

L’hygiène en élevage canin et félin

L’hygiène est un facteur essentiel en élevage. Il s’agit de la première mesure à prendre afin de s’assurer d’avoir un élevage en bonne santé. Vous trouverez dans cette newsletter quelques astuces et conseils afin de la mettre le mieux possible en place.

Définition et description du nettoyage
« Le nettoyage est l’action mécanique et/ou chimique permettant d’éliminer la matière organique d’un support ». (Les règles d’or de l’hygiène en élevage canin et félin, Royal Canin)
Celui-ci se réalisera en 2 temps :
  • Nettoyage grossier (pour enlever la matière organique non adhérente - matière fécale, nourriture, ...)
  • Nettoyage fin/détersion (pour enlever la matière organique adhérente : souillures diverses, biofilm – nécessite un détergent, qui détruit le biofilm et diminue largement la quantité de bactéries).
  • Le détergent, indispensable, va permettre à l’eau de s’étaler et de pénétrer dans toutes les anfractuosités du support, ce qui rendra le nettoyage plus efficace.
Le nettoyage aura besoin de 4 ingrédients pour être optimal :
  1. Le détergent, l’acteur chimique du nettoyage. Attention, détergent n’est pas égal à désinfectant !
  2. L’eau chaude.
  3. Le matériel de nettoyage : balais, pelles, brosses.
  4. L’action mécanique, phase physique du nettoyage, la plus importante car elle permet d’éliminer les bactéries les plus fortement accrochées au support.
Le détergent devra être choisi avec bon SENS, en tenant compte du type de Souillures à nettoyer, de la dureté de l’Eau, du matériel de Nettoyage (qui doit être impeccablement propre et différent selon la phase de nettoyage, le secteur de l’élevage) et du Support. On évitera de prendre un détergent 2 en 1, étant donné que les actions de chaque produit (détergent & désinfectant) seront beaucoup plus approximatives. Il faudra égakelent l’utiliser avec TACT (Température, Action mécanique, Concentration & Temps d’action).
Après le nettoyage, il faut impérativement rincer la surface à l’eau claire. Si ce rinçage est insuffisant, une réaction entre le détergent et le désinfectant peut se produire et le désinfectant est alors inactivé.

Définition et description de la désinfection
« La désinfection est l’action chimique ou physique qui tue les germes tels que les bactéries, les virus et les parasites sur des surfaces inertes » (Les règles d’or de l’hygiène en élevage canin et félin, Royal Canin)

La désinfection peut être aidée par certains facteurs environnants : le froid, le chaud, la lumière et l’absence d’humidité. Il faut cependant prendre en compte le fait que le désinfectant utilisé n’opérera que sur un groupe de bactéries (= le spectre d’action). Afin d’optimaliser l’utilisation d’un désinfectant, il faut pouvoir identifier quels sont les germes responsables de troubles chez les animaux et dès lors utiliser un produit approprié. C’est ce qu’on appelle la « stratégie du chasseur ».

Pour choisir son détergent, il sera utile de se renseigner sur la nature du produit, les dilutions recommandées, le temps de contact, la température d’utilisation ainsi que les précautions d’emploi. A nouveau, comme dans le cas du nettoyage et du détergent, il est primordial de rincer après utilisation afin de prévenir tout risque d’irritation de la peau ou d’intoxications.
Un appareil à vapeur pourra parfois être utilisé, avec rigueur, pour ses propriétés nettoyantes (décapage total du biofilm), rinçantes et désinfectantes (chaleur).
Autres moyens

Il existe bien évidemment d’autres moyens de sécurité sanitaire. On retrouvera, parmi eux, le vide sanitaire, la sectorisation, la marche en avant et la lutte contre les nuisibles (indispensable).
Enfin, l’hygiène de conservation des aliments sera d’une importance capitale. Il faudra conserver les aliments dans leur emballage d’origine, de préférence placé dans un container, stocker les sacs à l’abri de l’humidité, isolés du sol et de la présence de nuisibles.
Il faut également respecter les dates de péremption de manière impérative, ainsi que veiller à séparer les zones de stockage et de préparation de nourriture, et au nettoyage quotidien des gamelles. (Les règles d’or de l’hygiène en élevage, Royal Canin)

Cette newsletter est proposée en complément de la newsletter n°10, publiée en juillet 2010. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter l’ouvrage “Les règles d’or de l’hygiène en élevage canin et félin” de Royal Canin.

En conclusion, nous retrouvons 4 règles d’or pour une bonne hygiène en élevage :
  • Penser détergent avant de penser désinfectant
  • Adopter la stratégie du chasseur
  • Ne jamais court-circuiter une étape ou mélanger des produits
  • Un nettoyage quotidien ne laisse pas le temps aux bactéries de persister et/ou de se multiplier dans l’environnement et permet de les maintenir en-dessous de leur seuil de dangerosité.

Newsletter Royal Canin Professional Dog N°15 L’hygiène en élevage par le Dr Michiels Laurence (Communication Scientifique Royal Canin Belux)




copyright ©www.norvegien.com contact


eXTReMe Tracker