Accueil - Association - Expositions - Chaton - Eleveurs - Race - Pratique - Génetique - Elevage - Médical - L.O.O.F. - Liens

Intérêt de l’analyse histologique rénale
pour le diagnostic, le pronostic et le traitement des néphropathies

Lire la thèse vétérinaire de Myriam Laquet (ENV de Toulouse)



Introduction
L’analyse histologique des reins, de plus en plus fréquemment réalisée en médecine canine et féline depuis 1967, date de la première publication sur la ponction biopsie rénale en médecine vétérinaire par C.A. Osborne [29, 30, 31, 32, 33, 34, 35], a permis d’améliorer nos connaissances sur les différentes lésions rénales et sur les mécanismes physiopathologiques mis en cause dans les néphropathies.

A partir de l’examen clinique, des examens de laboratoire, de l’imagerie médicale et des données épidémiologiques, le praticien peut définir un syndrome rénal, formuler des hypothèses lésionnelles, faire un pronostic et prescrire un traitement.

L’objectif de cette étude est de comparer, avant et après biopsie, le pourcentage de diagnostic, de pronostic et de traitement exacts chez 54 chiens et 56 chats atteints d’une néphropathie. La biopsie est réalisée par la technique du trou de serrure chez le chien et par voie transcutanée, à l’aveugle, chez le chat ou au cours de l’examen nécropsique. Il est, de plus, intéressant d’identifier par la biopsie les différentes lésions rénales en cause et leur fréquence d’apparition dans ces deux espèces. Les complications observées après biopsies permettent de connaître les risques de cette technique même lorsque toutes les mesures de précaution ont été prises au préalable (respect des contre-indications, bilan pré-biopsie).

Conclusion
Cette étude nous a permis d’apprécier l’intérêt majeur de réaliser des analyses histologiques rénales en pratique courante. Des nombreux cliniciens hésitent à pratiquer la biopsie rénale par méconnaissance de sa technique et par manque d’expérience. Les techniques que nous avons utilisées sont simples et avec expérience, elles permettent d’obtenir de bons résultats.

Grâce au résultat histologique, le pronostic est modifié dans quasi 50% des cas et le traitement dans un cas sur trois, ce qui montre l’intérêt non négligeable de la biopsie rénale pour le devenir du patient. Les données de l’examen clinique, du laboratoire et de l’imagerie ainsi que les connaissances recueillies par les différentes études précédentes à l’aide de l’histologie ne suffisent pas à établir un diagnostic lésionnel, un pronostic et un traitement exacts dans tous les cas. Elles permettent néanmoins de définir plus précisément le syndrome rénal en cause et de mettre en place précocement une thérapeutique plus adaptée au cas.

Un autre critère sur lequel il nous paraît important d’insister est l’intérêt de diagnostiquer une néphropathie le plus précocement possible. Pour ce faire, trop de praticiens négligent l’analyse des urines, qui est pourtant essentielle au diagnostic précoce d’une maladie rénale. C’est un geste simple et peu coûteux qui devrait être effectué en routine, surtout dans le cadre gériatrique.




eXTReMe Tracker