la sexualité de la chatte :cycle sexuel, puberté, chaleurs, contraception

la sexualité de la chatte :cycle sexuel, puberté, chaleurs, contraception
La stérilisation précoce du chaton


Qu'est ce que la stérilisation précoce ?

Il s'agit d'une stérilisation qui est effectuée sur un animal dès le plus jeune âge ( avant l'âge de la puberté ).

La stérilisation est une intervention chirurgicale bénigne qui ne présente que des avantages, elle limite la prolifération, mais aussi:
  • prévient l'apparition des cancers : une chatte stérilisée ne développera pas (à 95%) de métrite, de grossesses nerveuses, de cancer de l'utérus ou des mamelles.
  • empêche les fugues : de nombreux chats s'échappent du domicile de leurs maîtres pour aller retrouver une femelle en chaleur. Certains ne retrouveront jamais le chemin du retour, ne l'oubliez pas.
  • Elle ne rend pas un animal malheureux : il ne faut jamais céder à la tentation de prêter aux animaux des sentiments strictement humains.
  • Elle ne fait pas grossir un animal : si vous réduisez sensiblement sa ration alimentaire. La stérilisation faite précocément limite apparemment la prise de poids par rapport à une stérilisation faite plus tard.
  • Enfin, il n'est pas nécessaire qu'une femelle ait une portée avant de la faire opérer. Une chatte peut vivre très longtemps, parfaitement heureuse et en parfaite santé sans n'avoir jamais eu de petits.

La stérilisation précoce n'est pas dangereuse pour la santé du chat.
  • Aucune étude statistique n' a pu mettre en évidence une quelconque influence de la stérilisation précoce sur la croissance ou la santé du chat.
  • Les protocoles anesthésiques modernes permettent de pratiquer cette opération sur des animaux très jeunes sans risque pour l' animal.
  • Le chaton récupère trés vite de l' anesthésie de cette simple opération de confort puisque
    quelques heures suffisent pour retrouver un chaton plein d' entrain.

Pourquoi les éleveurs vous proposent-ils des chatons stérilisés?
  • pour éviter au particulier de devoir le faire faire par son vétérinaire.
  • afin de limiter la naissance de chatons issus d' accouplements plus ou moins désirés.
  • afin d'éviter qu'un animal destiné à la compagnie ne se retrouve comme animal de reproduction.
  • de plus en plus de personnes désirant acquérir un chaton pour le plaisir demandent un chaton stérilisé

La   stérilisation   précoce par le Dr Anne-Claire CHAPPUIS-GAGNON (chargé de consultation féline à l’ENV Lyon)

Elle est pratiquée couramment dans les pays anglo-saxons depuis plus de 15 ans maintenant, avec deux indications majeures : La stérilisation des chatons errants, non destinés à l’adoption, trappés le plus tôt possible et remis dans l’environnement ensuite, après avoir été vaccinés et stérilisés, La stérilisation des chatons de pure race pour lesquels les éleveurs ont ainsi la garantie que les acquéreurs ne les feront pas reproduire.

Cette pratique a permis d’avancer sensiblement l’âge de la stérilisation sur les chats destinés à la compagnie, tout en respectant le moment privilégié qu’est la vie d’un jeune chaton chez son nouveau maître.

Technique
La technique en soi ne présente aucune difficulté, bien au contraire : tous ceux qui la pratiquent témoignent de la facilité à trouver des cornes utérines et des ovaires qui ont, dès l’âge de 7 semaines, la taille et le volume qu’ils ont à 6 mois, le tout dans un environnement dépourvu de graisse. Chez le mâle, le volume des testicules n’est pas aussi développé qu’il le sera à 6 mois, mais la castration dès l’âge de 7 semaines ne pose pas de problème technique...sauf sur les races à développement lent comme le Persan, le Scottish et parfois le British où on ne peut parfois parler de cryptorchidie définitive qu’à 6 à 10 mois.

En revanche, l’anesthésie générale demande beaucoup de soins et de vigilance puisque le poids du chaton peut varier de 700 gr à 2 kg, selon l’âge auquel il est stérilisé. D’une façon générale, il faut être extrêmement vigilant : sur la diète qui ne doit pas dépasser 3 à 4 heures sur des chatons de 7 à 8 semaines, suivie d’une ré-alimentation une heure après l’intervention (l’hypoglycémie est rapide et entraîne une hypothermie qui va consommer beaucoup d’oxygène), et sur le maintien de la température corporelle en utilisant des moyens sûrs comme un tapis chauffant, une couverture polaire avec une alèse placés sous le chaton, des gants d’examen remplis d’une eau dont on aura préalablement vérifié la température et qu’on ne laissera pas refroidir au contact du chaton. Les brûlures sont très fréquentes avec des gants remplis d’eau trop chaude ou avec des lampes infrarouges. Aussi futiles paraissent-ils en apparence, tous ces conseils sont utiles et contribuent à une bonne anesthésie suivie d’un excellent réveil. Les protocoles anesthésiques ont été donnés par Polly TAYLOR et publiés dans le FAB, en 2002 ainsi que sur le site internet du Cat Group .

Au préalable à l’intervention, quand c’est possible (sur les chatons errants, c’est illusoire), il est souhaitable que le chaton ait reçu au moins la première injection de vaccination contre la panleucopénie, l’herpès virose et les Caliciviroses.

Les réticences à la stérilisation précoce portent sur :
une influence possible sur le comportement : les études menées Outre-Atlantique ne permettent pas de la documenter. Les chats stérilisés précocement n’ont pas plus de troubles du comportement que les autres et la durée d’adoption n’est pas modifiée (enquête épidémiologique sur 1660 chats, 2004) Bien au contraire, l’incidence des problèmes de malpropreté comme d’agression entre chats sont moindres, ainsi que leur corollaire (abcès, etc.) une augmentation de l’incidence du syndrome urologique félin : la castration précoce entraîne une diminution du développement du pénis, avec des différences du diamètre de l’urètre au niveau pré-pelvique, sans conséquence pathologique. Ce moindre développement du pénis rend simplement le sondage urinaire plus délicat pour le praticien vétérinaire (une étude montre qu’à 22 mois, sur des chats castrés précocement l’extériorisation du pénis est plus difficile). une augmentation de la croissance : la fermeture des cartilages de conjugaison est sous la dépendance des sécrétions hormonales, donc on pourrait s’attendre à ce que les chats stérilisés précocement soient légèrement plus grands , ce qui n’est pas le cas (étude sur 31 chats stérilisés à 7 semaines et 7 mois). Le risque de fracture épiphysaire n’est pas augmenté non plus. une augmentation de l’incidence de l’obésité et de l’apparition de diabète : aucune incidence actuellement décrite

Dans les avantages vérifiés chaque jour se trouvent l’absence de développement d’hyperplasie fibro-épithéliale et une incidence moindre des tumeurs mammaires malignes (80% des tumeurs ). Par ailleurs, on note sur les chats stérilisés précocément une incidence moindre de l’asthme, non expliquée à ce jour.



Extrait de la lettre du Club Félinotechnique Royal-Canin N°14
Article écrit par le Dr Elise Malandain

Pour l'éleveur passionné, le renouvellement des reproducteurs est primordial, mais il est tout aussi souhaitable que des sujets non destinés à la reproduction, et vendus comme animaux de compagnie, ne soient pas accouplés. Face à ce problème, les éleveurs Outre Atlantique pratiquent depuis de nombreuses années la stérilisation dite "précoce". En France, ces opérations, pratiquées entre 2 et 3 mois, sont toujours l'objet de vives polémiques.

Stérilisation précoce et idées recues

La croissance
On dit souvent que la stérilisation réalisée lors du jeune âge entraîne une croissance réduite, et donc de petits individus. Or, les hormones sexuelles (testostérone et oestradiol) interviennent dans la fermeture des cartilages de croissance, ce qui pourrait au contraire laisser penser à une croissance plus importante. Des études statistiques, réalisées aux EtatsUnis, ne montrent pas ou très peu de différence de fermeture des cartilages de croissance et de taille adulte, que le chat ait été stérilisé à 7 semaines ou à 7 mois. Eventuellement, il faut alors s'attendre à ce que le chaton soit très légèrement plus grand en fin de croissance.

Les calculs urinaires chez le mâle
La castration précoce du chat mâle a longtemps été accusée de favoriser l'apparition de calculs urinaires, par diminution du diamètre de l'urètre (conduit reliant la vessie au méat urinaire). Des mesures ont été réalisées en comparant les diamètres urétraux de chats castrés à 7 semaines et à 7 mois et n'ont montré aucune différence. La castration précoce n'est donc pas en soi un risque supplémentaire de calculs urinaires.
Par contre, le développement du pénis est limité chez les animaux castrés très jeunes, et son extériorisation devient alors plus difficile que chez des animaux castrés plus tardivement.

L'obésité
Bien que l'obésité puisse survenir chez tous les chats (castrés ou entiers) et que l'activité et la nourriture jouent un rôle prépondérant, les animaux castrés ont un risque d'obésité plus élevé, du fait d'une diminution des besoins énergétiques liés à la castration.
La stérilisation précoce n'entraîne en tous cas pas de hausse de ce risque par rapport à une stérilisation plus tardive. II convient, quel que soit l'âge de l'opération, d'adopter des mesures préventives de la prise de poids.

Les avantages de la stérilisation précoce

Les tumeurs mammaires
Les chattes castrées ont environ sept fois moins de risques que leurs congénères intactes de développer une tumeur mammaire. Chez la chatte, ces tumeurs sont d'ailleurs souvent de très mauvais pronostic (90% de malignité). Pour réduire ce risque au maximum, il convient de stériliser les chattes avant leurs premières chaleurs, ce qui n'est pas toujours le cas des femelles opérées aux alentours de 7 ou 8 mois.

La reproduction non désirée.
II est évident que l'anesthésie d'un chaton de 2 mois est plus délicate, et nécessite une expérience particulière. Ceci étant, pratiquée dans de bonnes conditions, elle ne présente pas plus de risques que Selon le même principe, nombreux sont les propriétaires de chattes qui pensent bien faire en attendant que les premières chaleurs de la femelle soient passées pour pratiquer la stérilisation, voire même qui partent du principe qu'une chatte a « besoin » d'avoir une portée dans sa vie. Cette position, terriblement anthropomorphique contribue au développement de la population de chats errants en France, puisqu'il n'est pas toujours facile de placer les chatons issus de ces portées.
Pour les chattes de race, cela conduit fréquemment à deux situations : soit une mésalliance avec un sympathique (mais néanmoins peu adapté) chat de gouttière, soit un accouplement non raisonné avec un mâle de la même race, mais sans réelle sélection.

L'anesthésie du chaton, un risque majeur ?

L'état général du chaton est primordial seuls des animaux en bonne santé, et correctement vermifugés (attention au risque d'anémie) pourront être opérés. Chez le chaton, le risque d'hypoglycémie est plus important que chez un adulte : en effet, les chatons ont plus de mal à maintenir une glycémie normale en l'absence de repas. La mise à jeun chez les chatons doit donc s'effectuer plus tardivement. Un délai de 4 à 5 heures entre le dernier repas et la chirurgie doit être respecté. Dès que le réveil est complètement obtenu, un repas devra être proposé dans l'heure. Ce repas, proposé à la clinique, aura tout avantage à être sous forme humide ou réhydraté, pour compenser les pertes en eau, proportionnellement plus importantes chez les animaux de petite taille. Les gammes d'aliments vétérinaires proposent d'ailleurs des produits parfaitement adaptés à cette indication. Enfin, les suites opératoires sont souvent moins difficiles pour le chaton que pour l'adulte.

La stérilisation précoce est une alternative à la stérilisation tardive, qui doit progressivement être prise en compte en France sans pour autant la rendre systématique (attention à ne pas castrer de jeunes chatons qui vont s'avérer être de formidables sujets pour la race !!) l'éleveur doit en connaître les avantages et inconvénients.

Pour le chaton de race, comme pour celui de gouttière, c'est en tous cas un moyen infaillible d'éviter la naissance de portées non désirées.


Bibliographie :
* HOWE LM. Short-term results and complications of prepubertal gonadectomy in cats and dogs. J Am Vet Med Assoc 1997 ; 211:57-62.
* HOWE LM, SLATER MR, BOOTHE HW et coll. Long-term outcome of gonadectomy performed at an early age or traditional age in cats. J Am Vet Med Assoc 2000 ; 217:1661-1665. ?KENDALL, K. Different approaches to neutering, FAB, 2002,40,44-45
* MALANDAIN, Elise, La stérilisation précoce chez le chat, La Letre du Club Félinotechnique N°14, Royal Canin,
* PADRID P. Feline asthma : diagnosis and treatment. Vet Clin North Am Small Anim Pract 2000 ; 30:1279-1293.
* ROOT MV, JOHNSTON SD, JOHNSTON GR et coll. The effect of prepuberal and postpuberal gonadectomy on penile ectrusion and urethral diameter in the domestic cat. Vet Radiol Ultrasound 1996 ; 37:363-366. * ROOT MV, JOHNSTON SD, OLSON PN. The effect of prepuberal and postpuberal gonadectomy on radial physeal closure in male and female domestic cats. Vet Radiol Ultrasound 1997 ;38:42-47.
* SPAIN CV,SCARLETT JM, HOUPT KA. Long -term risks and benefits of early-age gonadectomy in cats. JAVMA 2004 ;224(3):372-379.
* STUBBS WP, BLOOMBERG MS, SCRUGGS SL et coll. Effects of prepubertal gonadectomy on physical and behavioral development in cats. J Am Vet Med Assoc 1996 ;209:1864-1870.
* TAYLOR, P. Anaesthesia for neutering kittens, FAB, 2002, 40,22-24 VERSTEGEN, J. ; ONCLIN, K. ; Early versus late neutralisation in cats, Le chaton et son élevage, SFF, 2002, p 81-90






eXTReMe Tracker